Découverte des métiers de l’ESS : Gwladys, Responsable Social

Entretien avec Gwladys Leclère, Responsable Social à l’association Louis-Delamare Pour le bien des Aveugles.

L’association Louis-Delamare Pour le bien des Aveugles créé depuis 100 ans, est un organisme à but non lucratif au Havre. Elle a pour mission d’améliorer la vie quotidienne des non ou malvoyants et les aide à maintenir leur autonomie. Faciliter l’accès des personnes atteintes d’un déficit visuel à une meilleure qualité de vie est l’objectif poursuivie par l’association.

Description du parcours professionnel

« J’ai fait un bac ST2S (sciences et technologies de la santé et du social) dans le social, ensuite un DUT carrière sociale, parcours assistance sociale à Caucriauville. »

Lors de ses trois années à l’IUT du Havre, Mme Leclère a exercé deux stages au sein de cette association. « Suite à ce stage, j’ai signé mon contrat dans cette association. C’est ma vraie première expérience professionnelle mise à part les jobs étudiants. A mes débuts, j’ai été Secrétaire de la responsable social et j’ai pris sa place quelques mois plus tard. »

Description du métier

Madame Leclère est responsable Sociale. En effet, son poste a différents aspects tels que la sensibilisation des individus au handicap, la collaboration avec la mairie et la CODAH et les démarches administratives.

« Je fais des forums à l’IUT et à la mairie, je vais voir les enfants dans les écoles pour leur expliquer ce qu’est une personne non et malvoyante, je leur parle du handicap et de la manière dont il faut se comporter vis-à-vis de cela. Je participe à des réunions avec la mairie et la CODAH. Elles permettent de débattre sur ce qui ne va pas dans le Havre pour les non et malvoyants et sur ce qu’on pourrait adapter, comme par exemple les feux sonores ». L’accessibilité est le sujet principalement évoqué lors des réunions.

De plus, Madame Leclère effectue les demandes MDPH pour les personnes en situation de handicap, gère les problèmes avec les bailleurs sociaux, et fait également valoir les droits des handicapés. Elle veille au respect des droits des personnes en situation de handicap.

Pour finir, elle organise deux animations (culturelles, goûters) par mois qui ont pour objectif de favoriser le lien social en luttant contre l’isolement.

 

Travailler dans une structure de l’ESS

Les compte sont équilibrés grâce aux dons et aux legs qui sont nombreux depuis la création de l’association. La structure aide les personnes en situation de handicap dans leur vie quotidienne (petites astuces, matériel spécialisé).

En effet, Madame Leclère considère que le cadre d’un établissement comme celui-ci est plus familial que dans une structure de l’économie dominante. « Mes supérieurs ont l’âge de mes

grands-parents ils m’aident au quotidien en m’apportant leurs connaissances et leur savoirs faire riche de leurs expériences. »

Elle considère également qu’il n’y a pas de pression en termes de chiffres. Le but est uniquement de faire perdurer l’association. Elle bénéficie également d’une autonomie dans l’exercice de son travail.

Inciteriez-vous à travailler dans une structure de l’ESS ?

« La hiérarchie étant essentiellement bénévole, il faut être capable de prendre des décisions et des initiatives. Il faut avoir le mental pour travailler dans le social. Mais il faudra toujours du monde pour travailler dans le social. »