Archives pour la catégorie Non classé

Premières assises normandes de l’économie circulaire à Gruchet le Valasse (76)

Les premières Assises normandes de l’économie circulaire se sont tenues vendredi 17 novembre à l’Abbaye du Valasse organisées par la Région en partenariat avec l’Etat et l’ADEME.

Cet évènement a réuni près de 300 participants, collectivités, acteurs de l’ESS, entreprises, et acteurs de la recherche.

Lancement de l’élaboration d’une stratégie normande « économie circulaire »

Le Comité Régional de l’Economie Circulaire en Normandie, piloté par la Région s’est donné comme objectif d’accompagner et de mettre en relation les dynamiques concernant les différents champs de l’économie circulaire, en fédérant une communauté des acteurs normands autour de cette gouvernance régionale.

Ces premières Assises marquent le lancement de cette dynamique d’élaboration d’une stratégie normande « économie circulaire ».

La démarche de concertation des différents acteurs a démarré lors de cette journée au travers les premiers travaux d’échanges lors d’un World Café, et se poursuivra jusqu’au printemps 2018, en vue de la formalisation de la stratégie mi-2018.

Le CREC s’entourera de réseaux travaillant sur diverses thématiques : recyclage, approvisionnement durable, écoconception, écologie industrielle et territoriale, économie de la fonctionnalité, consommation responsable, allongement de la durée d’usage …. qui réunissent des entreprises, des associations, des syndicats publics et des collectivités.

Certains de ces partenariats se sont officialisés par la signature de la charte partenariale entre 5 clubs et réseaux lors des Assises :

  • Le Réseau ESS a été signé par la CRESS
  • Le club REPAR (Réseau pour promouvoir la réparation et donc l’allongement de la durée d’usage),
  • Le club INNE (Economie de la fonctionnalité et de la coopération),
  • Le REGAL (Réseau normand de lutte contre le gaspillage alimentaire),
  • Le Club chimie biosourcée.

Différents outils pour le développement de l’économie circulaire en Normandie ont été également présentés :

  • Appel à manifestation d’intérêt par la Région, l’Etat et l’ADEME dans le but de soutenir le développement de l’économie circulaire en Normandie. Il s’adresse à tous les acteurs économiques normands (entreprises, associations, collectivités…) et complète les différents dispositifs financiers de la politique environnementale de la Région (dispositifs IDEE à retrouver sur le site de la Région : https://aides.normandie.fr/moteur-de-recherche )
  • L’expérimentation d’un laboratoire d’idées (Le Labo) en 2018, pour mettre en relation le monde de la recherche, les réseaux d’acteurs et les porteurs de projets.
  • Développement d’une plateforme collaborative Normandie Economie Circulaire (NECI) à l’attention des acteurs normands. Elle hébergera également un observatoire des déchets. NECI s’intègre dans un réseau international consacré à l’économie circulaire, via un partenariat avec la plateforme internationale economiecirculaire.org. La plateforme NECI est accessible à l’adresse suivante : https://neci.normandie.fr/

  Une forte présence des acteurs de l’ESS

Comme souligné par Nicolas HESSE, Secrétaire Général pour les Affaires Régionales de la Préfecture de Normandie, l’ESS est une figure historique et innovante dans l’économie circulaire. De nombreux acteurs de l’ESS s’étaient donc déplacés pour ces premières Assises.

Sur l’espace stand, la diversité des activités de l’ESS dans l’économie circulaire étaient représentées : Le collectif normand des Ressourceries, le réseau des Fablab, le réseau des tiers lieux, les acteurs de l’éco-construction (Ecopertica, ENERTERRE), les acteurs du textile (Cobanor Tritex, ASTA confection), les acteurs de recyclage (ENVIE, R’PUR et l’ARRED-ESAT Les Ateliers du Cailly) la Maison du Vélo de Caen et Art itinérant – l’Ameublerie tenaient un stand et présentaient leurs activités.

Le buffet était assuré par l’association « Saveurs et Savoirs » et la SCOP « le Spot ».La CRESS tenait également un stand avec l’ADRESS, l’ARDES, le COORACE et Normandie Active.

Durant la matinée, la CRESS a pu présenter l’état des lieux de la place de l’ESS dans l’économie circulaire. Vous pouvez retrouver le document présenté. L’étude complète sera disponible début 2018 sur le site internet de la CRESS rubrique « ESS et territoires – économie circulaire ».

Retrouvez le communiqué de presse de la Région ICI

Les entreprises de l’ESS normandes s’engagent pour améliorer leurs pratiques !

Dans le cadre du Mois de l’ESS, la CRESS Normandie en partenariat avec le CNCRESS, a organisé le 20 novembre 2017 à l’IRTS Normandie-Caen, un temps d’information et d’échange autour du Guide des bonnes pratiques de l’ESS.

 

Une soixantaine d’acteurs de l’ESS étaient réunis pour découvrir ou mieux connaître le Guide, échanger autour de témoignages d’acteurs régionaux s’étant engagés dans des démarches d’amélioration de leurs pratiques, parler accompagnement de démarches d’amélioration continue, mais aussi positiver et dédramatiser sur la mise en œuvre du Guide !

Pour rappel, le guide d’amélioration continue des bonnes pratiques des entreprises de l’ESS, introduit par l’article 3 de la Loi ESS, coconstruit par les réseaux nationaux au sein du Conseil Supérieur de l’ESS (CSESS) et adopté définitivement en février 2017 par le Conseil Supérieur de l’ESS, a pour ambition d’engager l’ensemble des acteurs de l’ESS dans une démarche dynamique et stimulante des pratiques managériales.

  • Il Invite les entreprises de l’ESS à réfléchir à leur pratique via une approche multidimensionnelle en 8 grands thèmes allant de la gouvernance, à la territorialité en passant par la politique salariale, l’éthique et la déontologie, les pratiques environnementales….
  • Il propose au manager des indicateurs pertinents pour vérifier l’atteinte des objectifs et conforte un espace de dialogue et de partage ;
  • Il rend compte de la différence des acteurs de l’ESS au-delà des normes existantes applicables à certaines entreprises (ISO, RSE, Révision Coopérative)

 

Pour Corinne LARMOIRE, Co Présidente de la commission « Emplois, métiers, formations » de la CRESS Normandie « il y a dans notre région une volonté des acteurs de l’ESS de travailler sur la thématique de la qualité de l’emploi. Promouvoir et faire connaître le Guide des bonnes pratiques s’inscrit pleinement dans cette volonté ».

 

Retour sur l’après-midi du 20 novembre :

 

w Une première séquence plénière a été consacrée à un temps de présentation générale du Guide des bonnes pratiques par Pierre François SZCZECH, conseiller RSE à la MGEN, permettant :

  • De revenir sur le contexte et le cadre légal du Guide
  • D’en présenter les enjeux pour les acteurs de l’ESS
  • De présenter les différents thèmes du Guide et ses deux livrets
  • De montrer un exemple concret de mise en application du Guide des bonnes pratiques au sein de la mutuelle MGEN, en montrant la complémentarité avec les démarches internes existantes, dans le cas présent la démarche RSE (Responsabilité sociale de l’entreprise).

 

Puis, les témoignages de deux réseaux régionaux ont donné à voir pour l’ensemble des acteurs de l’ESS des exemples de démarches d’accompagnement des bonnes pratiques :

  • Gaëtan CERVEAU de l’URSCOP est revenu sur le thème de la gouvernance participative à travers l’exemple de la révision coopérative autour des questionnements suivants : comment fait-on vivre la gouvernance démocratique au sein de la structure ? comment informe-t-on les associés et comment leur donne-t-on les moyens de prendre part aux décisions ? Comment respecte-t-on la double qualité des associés ?
  • Laurent BOUVET de Coorace Normandie (fédération d’entreprises solidaires pour l’emploi) est revenu sur la mise en œuvre du Guide des bonnes pratiques à travers une démarche d’auto-évaluation et un outil d’amélioration continue proposé aux adhérents Coorace : la démarche CAP pour « Coorace Ambition Progrès ». Il s’est particulièrement attaché à illustrer la notion de services rendus aux territoires.

Un second temps en ateliers a permis d’approfondir les questions de l’accompagnement des démarches d’amélioration continue (atelier 1) et d’illustrer les thématiques « égalité femme homme » et « dimension environnementale » du Guide (Atelier 2) :

 Animé par Jean-Baptiste CAZIN de l’ARDES et Sandy LOUAPRE de l’ADRESS, l’atelier 1 consacré à la question de l’accompagnement, avait pour objectifs de :

  • Sensibiliser à l’importance d’une démarche d’amélioration des bonnes pratiques
  • Mettre en lumière les questionnements préalables (enjeux, périmètre, parties prenantes)
  • Donner des exemples de démarches
  • Informer sur les outils et accompagnements disponibles en région.

L’enjeu de ce second atelier, plus illustratif, animé par Laure DREGE de la CRESS, avait pour objet d’identifier les leviers possibles d’actions sur deux thématiques du Guide afin de susciter des pistes de réflexion et déchanges entre les participants, grâce aux témoignages de Jean-Yves PATRY de l’association l’Etape, Sophie MAUREL de l’ARACT, Benoît FARCY de Normandie Equitable et Philippe QUESNEY de l’ARTEC

 

Cette journée qui se voulait surtout être un temps d’information autour du Guide des bonnes pratiques a permis d’esquisser un premier état des lieux des besoins des acteurs de l’ESS et permettra d’imaginer les suites collectives possibles autour du thème des bonnes pratiques en Normandie.

 

Pour aller plus loin :

  • Télécharger le Guide des bonnes pratiques :

http://www.esspace.fr/files/pdf/Livret1.pdf

http://www.esspace.fr/files/pdf/Livret2.pdf

 

Pour toute information complémentaire :
Sophie Massé, CRESS Normandie – sophie.masse@cressnormandie.org

Journée Nationale Santé et Emploi

La Fédération des acteurs de la solidarité et sa délégation Normandie organisent le 4 décembre 2017 une journée nationale Santé et emploi, avec le soutien de la DGCS, de la DGEFP et du Fonds social européen. Elle se déroulera de 9h à 16h à l’adresse suivante :
ASSOCIATION REVIVRE,
CHEMIN DE MONDEVILLE À
GIBERVILLE,
14460 COLOMBELLES

Téléchargez l’invitation à la journée du 4 décembre 2017
Téléchargez le bulletin d’inscription à la journée du 4 décembre 2017

Téléchargez le programme de la journée du 4 décembre 2017

2e Rencontres Normandes du Développement Durable – 14 décembre – Rouen

Les deuxièmes Rencontres Normandes du Développement Durable organisées par la Région et l’Agence Régionale de l’Environnement Normandie, auront lieu le jeudi 14 décembre 2017 à l’université Pasteur à Rouen, ainsi que deux educ-tour le 18 janvier au Havre et 25 janvier à Alençon.

 

La CRESS co-animera avec l’ADRESS et Mob’in Normandie deux ateliers sur la mobilité inclusive :

  • Atelier 2 – De 10h à 12h : « Pourquoi la mobilité inclusive se place au cœur des enjeux de la mobilité durable ? » Venez débattre autour des témoignages de collectivités et acteurs de l’ESS de la mobilité durable et inclusive.
  • Atelier H – De 14h30 à 16h30 : « Mobilité inclusive : quels outils de mobilité pour quels besoins spécifiques ? », un atelier informatif sur les différents outils de la mobilité inclusive présentés notamment par Pascal GRAND, directeur de FIT et administrateur de la plateforme mobilité Puy de Dôme,  coordinateur du programme de labellisation des plates-formes au réseau FARE, devenu Mob’In.

 

Retrouvez le programme
Inscriptions en ligne sur le site internet de la Région Normandie : rndd.normandie.fr

Journée de l’ESS 2017 – 1er décembre – Rouen

Le vendredi 1er décembre 2017 de 9h30 à 17h30, la Ville de Rouen organise la journée de l’Economie Sociale et Solidaire à l’Hôtel de Ville. Au programme de cette édition, tables rondes, forum et ateliers pratiques.

Le forum, installé au premier étage de l’Hôtel de Ville, permettra de rencontrer les acteurs locaux de l’ESS.

Ouverte à toutes et à tous, l’accès à la journée est gratuite. Une inscription aux tables rondes du matin est cependant obligatoire (Places limitées à 30 personnes).

Programme de la journée

Lancement du plan de développement pour la vie associative

Le 9 novembre dernier, sur le site des Grands Voisins, le Premier Ministre Edouard Philippe, le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, et le ministre de la Transition écologique et solidaire ont présenté leur plan d’action pour la vie associative, en présence de nombreux représentants d’associations et de réseaux associatifs, dont le RNMA. Un premier pas vers un travail de concertation avec les acteurs du secteur associatifs.

Revoir l’intervention du Premier Ministre – Consulter le discours du Premier Ministre ainsi que le dossier presse du Gouvernement

Accélérer la collaboration entre ESS et la transition énergétique : l’ADEME s’engage avec le Conseil National des CRESS et Emmaüs France

A l’occasion du lancement de la 10ème édition du mois de l’Economie sociale et solidaire organisée par le Ministère de la Transition écologique et solidaire, l’ADEME signe 2 accords-cadres avec Emmaüs France et le Conseil National des Chambres Régionales de l’Economie Sociale et Solidaire (CNCRESS) pour soutenir l’innovation sociale et économique de la transition écologique et énergétique.

 

Economie circulaire, économie solidaire

L’actuel Programme national de prévention des déchets 2014-2020 s’inscrit dans la volonté de mettre en œuvre une transition vers le modèle d’économie circulaire et notamment sur les questions d’allongement de la durée de vie des produits, de réparabilité, d’éco-conception, ou la mise en place de systèmes de consigne, de collectes préservantes[1]. La loi de Transition Energétique pour la Croissance verte (LTECV) réaffirme le principe du réemploi et de la réparation comme une des priorités en matière de gestion des déchets.

 

Avec le CNCRESS : 5 domaines de collaboration

Le Conseil National des CRESS est le lieu de concertation permanente et de ressources des CRESS, les Chambres régionales de l’économie sociale et solidaire. Il a pour but d’animer, promouvoir, défendre et représenter les CRESS.

 

Les acteurs de l’ESS sont engagés de longue date dans la transition écologique, en particulier dans les domaines de l’économie circulaire et de la transition énergétique, où ils montrent les plus-values de l’innovation sociale et de l’ancrage territorial. Le réseau des CRESS a enclenché depuis un an et demi une dynamique nationale visant à faire de la transition écologique un thème structurant de son action sur les territoires. Cette démarche a rencontré l’intérêt de l’Ademe, consciente de la plus-value que l’ESS peut apporter à la mise en mouvement de la société civile autour de la transition écologique et énergétique.

 

Cette rencontre se traduit par un partenariat de trois ans (2018-2020), objet d’un accord-cadre construit autour de cinq domaines de collaboration :

  • mutualisation des compétences techniques (sur le réemploi, l’achat responsable, la commande publique, etc.) et organisationnelles des CRESS ;
  • observation pour mieux connaître les acteurs de l’ESS intervenant dans le champ de l’économie circulaire et de la TEE (panoramas et base de données) ;
  • valorisation, communication et essaimage des initiatives et bonnes pratiques dans le secteur de l’ESS ;
  • partenariats structurants avec les acteurs publics et privés de la TEE ;
  • dynamique nationale de mobilisation du réseau.

 

Avec Emmaüs France : 4 domaines de collaboration

Emmaüs, association phare de l’économie sociale et solidaire (ESS) en France à fort ancrage territoriale, a axé son travail de lutte contre l’exclusion en intervenant notamment sur le secteur du réemploi et de la réutilisation. De son côté, l’ADEME, dans ses orientations stratégiques, réalise une veille active permettant de détecter les signaux faibles et les démarches novatrices, et d’autre part, intègre les innovations sociales dans ses programmes d’intervention et veille à intégrer leurs potentialités dans ses visions prospectives.

 

C’est donc tout naturellement que les deux acteurs ont souhaité se rapprocher pour développer l’innovation et promouvoir ses nouvelles économies, alliant modèle économique viable, solidarité et écologie. L’accord-cadre a pour objectif de mettre en place des partenariats autour d‘actions communes en lien avec la TEE et l’économie circulaire pour la période 2018-2020.

Cet accord-cadre, qui s’inscrit dans les orientations stratégiques de l’ADEME en matière de soutien à l’innovation et de préparation de l’avenir de la TEE, porte sur 4 domaines de collaboration :

  1. Professionnaliser et faire monter en compétence des acteurs en vue de sécuriser l’activité de réemploi, et développer une collecte qualitative ;
  2. Innover, expérimenter et essaimer. Il s’agit d’explorer de nouveaux champs d’innovation en lien avec les thématiques du réemploi et de la réparation dans les territoires ;
  3. Promouvoir le réemploi au cœur de la consommation responsable en multipliant les canaux de promotion du recours au réemploi pour s’équiper en biens de consommation (campagnes nationales « Ça suffit le gâchis », etc…) ;
  4. Elaborer une stratégie visant à sécuriser et développer les activités de réemploi (sur un plan économique et organisationnel, notamment via les filières REP), car ce modèle est encore fragile.

 

Pour en savoir plus

[1] Modèle de collecte qui permet d’exploiter et d’augmenter le potentiel de réemploi et réutilisation des biens collectés

Création de l’association de la Monnaie normande citoyenne

L’association de la Monnaie normande citoyenne a été créée jeudi 9 novembre suite à une assemblée générale qui réunissait 70 personnes parties prenantes de l’association dont des membres de l’ADEME, de la Chambre régionale de l’Economie Sociale et Solidaire notamment plusieurs de ses adhérents : Emergence(s), Adress, Ardes, Néqui, Normandie Active, Urscop…, ainsi que des collectivités et des citoyens.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Association de la monnaie normande citoyenne vient de voir le jour. Elle va permettre de finaliser le projet de création d’une monnaie régionale, dont la mise en circulation est annoncée pour le premier semestre 2018.

Les Normands paieront-ils bientôt leur baguette en « Rollon » ? C’est l’un des noms proposés pour la monnaie normande régionale, dont la mise en circulation est annoncée pour le premier semestre 2018. Ce projet, initié en 2016 par la Région Normandie, avance. L’Association de la monnaie normande citoyenne vient de voir le jour. Elle regroupe notamment des membres de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, de la chambre régionale de l’économie sociale et solidaire, de collectivités et des citoyens, et va permettre de créer cette monnaie régionale.

Développement durable

La monnaie locale a pour objectif de favoriser le développement économique local. Puisqu’elle s’échange entre consommateurs, producteurs, commerçants, entreprises, d’un même territoire. Favorisant ainsi les circuits courts.

Une charte est établie pour les professionnels qui veulent adhérer à la monnaie normande citoyenne : « Ils doivent être dans une démarche de développement durable. On accompagne une démarche de progrès », souligne Gérard Heit, président de l’association. Il est également président de Normandie active, association financeuse de l’économie sociale et solidaire.

Frédéric Sauvadet indique que la monnaie normande citoyenne a vocation à être numérique et non fiduciaire. « Cela permettra d’augmenter le volume de devises en circulation. Cela permet d’en disposer à tout moment et de régler des factures plus élevées », et par conséquent de toucher de nouveaux acteurs. Le paiement pourra se faire par carte et/ou application smartphone.

La monnaie normande citoyenne sera mise en place en lien avec les monnaies locales déjà existantes. Il y a « Le Grain » au Havre. Et « l’Agnel », à RouenElbeufDieppeBernay et dans l’agglomération Seine-Eure (Louviers). Elle compte à son actif 550 usagers et 107 commerces, entreprises et associations qui l’acceptent. « L’objectif n’est pas d’avoir une monnaie supplémentaire, mais une interopérabilité des monnaies », certifie Frédéric Sauvadet, vice-président de l’association et président de la fédération Agnel. « Dans leur bassin de vie, les gens utiliseront la monnaie locale en cours et la régionale en dehors ». Chaque adhérent acceptera les deux.

Pour Frédéric Sauvadet, ces monnaies locales sont « un extraordinaire levier pour faire évoluer nos sociétés ».

Quel nom lui donner ?

Une consultation sur internet a été lancée lundi. Par l’intermédiaire des réseaux sociaux, la Région invite les Normands à se prononcer sur le nom de la future monnaie régionale. Les propositions sont les suivantes : « Rollon » (premier Duc de Normandie à avoir créé une image à son effigie) ; « Léo » (en référence aux léopards normands) ; « Yarl » (titre international porté par les premiers ducs de Normandie) ; « Guillaume » (Le Conquérant) ; « Mathilde » (épouse de Guillaume Le Conquérant) ; « Griffe » (allusion aux léopards normands). Les internautes peuvent aussi faire part de leur propre suggestion. Le formulaire en ligne (sur normandie.fr/monnaie-normande) demande également aux Normands ce qu’ils souhaitent payer avec la monnaie locale (commerces, artisanat, services aux entreprises, services publics, services à la personne, associations…). Les citoyens volontaires pour siéger au futur conseil d’administration peuvent aussi candidater sur le site internet.

Sources : Région Normandie et Paris Normandie  15/11/17

Plus d’informations